Videos on the topic of astrology




Devenir Extraterrestre - Documentaire Science Grand Format

Moteur sans propuluseur pour voyage interstellaires : MEGA (Mach Effect Gravity Assist) - Assistance de gravité à effet de mach

<
>
  • SSI APW 2020: 11. Sonny White
  • SSI APW 2020: 10. Todd Desiato
  • SSI APW 2020: 5. Jim Woodward & Hal Fearn
  • SSI APW 2020: 14. John Brandenburg
  • SSI APW 2020: 9. Kelvin Long
  • SSI APW 2020: 8. Nathan Inan
  • SSI APW 2020: 7. Jeff Greason
  • SSI APW 2020: 6. Chip Akins
  • SSI APW 2020: 15. Jack Sarfatti
  • SSI APW 2020: 13. Marc Millis
Un concept de moteur sans propulseur pour des voyages interstellaires à (presque) la vitesse de la lumière. SSI au NIAC 2017: Effets Mach pour la propulsion spatiale: mission interstellaire »

Informations :

Channel
Dates
  • Publish : : Tuesday 15 december 2020
  • Modification : Tuesday 15 december 2020

SSI at NIAC 2017: Mach Effects for In Space Propulsion : Interstellar Mission

SSI SA Dr. Heidi Fearn presents "Mach Effects for In Space Propulsion: Interstellar Mission" at the NASA NIAC Symposium in Denver, Colorado September 27th 2017.

Team SSI: Professor Heidi Fearn (PI), Dr. Jose Rodal, Dr. Marshall Eubanks, Dr. Bruce Long, Mr. Paul March, Gary C Hudson and Emeritus Professor James F. Woodward (Consultant)

For more information, plus the full slide set, Q&A handout and poster please see the page: http://ssi.org/today-at-nasa-niac-2017/

Assistance de gravité à effet de mach MEGA (Mach Effect Gravity Assist)

Un concept de moteur sans propulseur pour des voyages interstellaires à (presque) la vitesse de la lumière

Jim Woodward, professeur émérite de physique à l'Université d'État de Californie, affirme que son invention pourrait permettre aux vaisseaux spatiaux de voyager vers les systèmes stellaires voisins. Baptisée MEGA (pour Mach Effect Gravity Assist), sa technologie repose sur un système de propulsion qui ne nécessite aucun combustible, uniquement une source d'électricité.

Le principe du dispositif est d'accélérer lentement, mais sur une très longue période. Woodward estime qu'un appareil spatial doté d'un système MEGA pourrait même atteindre des vitesses proches de la vitesse de la lumière. L'exploration spatiale serait alors d'une tout autre envergure...

Un système de poussée... sans propulseur

De nos jours, les vaisseaux spatiaux sont tous équipés d'un propulseur, qu'il s'agisse d'un moteur à réaction classique, basé sur la combustion de carburant, ou d'un moteur ionique. Le principe de base repose sur la projection d'un flux (de gaz ou d'ions) dans une certaine direction, qui par réaction génère une poussée dans la direction opposée. Dans tous les cas, l'accélération de l'appareil nécessite une certaine quantité de carburant ou de gaz.

Ainsi, les voyages spatiaux sont aujourd'hui très limités. Du moins, certaines destinations ne peuvent pas être envisagées dans un laps de temps "raisonnable". Impossible par exemple de rejoindre le système Alpha Centauri (Alpha du Centaure), notre plus proche voisin, situé à 4,3 années-lumière. Le vaisseau spatial le plus rapide jamais construit, la sonde solaire Parker - qui en 2025 passera près du Soleil à une vitesse exceptionnelle de 692'000 km/h - mettrait des milliers d'années pour y arriver !

La technologie MEGA repose quant à elle sur le principe de Mach - du nom du physicien Ernst Mach -, selon lequel l'inertie des objets serait induite par des effets gravitationnels lointains, dus aux autres masses présentes dans l'univers. Un principe largement étudié par Albert Einstein pour sa théorie de la relativité générale. Si une partie d'un objet devait changer simultanément sa masse et son état d'énergie, il pourrait théoriquement commencer à accélérer.


Source(s) :